La blockchain se libère peu à peu de ses entraves

Historiquement liée à Bitcoin, la blockchain a longtemps souffert d’une réputation sulfureuse et d’un passé peu glorieux. Mais depuis, cette technologie a su se racheter une conduite et de nombreuses entreprises – tournées vers l’avenir – commencent à s’y intéresser. Voyons donc en quoi la blockchain diffère des modèles traditionnels de bases de données et pourquoi elle suscite un tel engouement auprès des professionnels.

Quand la presse se déchaîne à son sujet

Si on entend beaucoup parler en bien de la blockchain dernièrement dans la plupart des médias, cela n’a pas toujours été le cas. Au début de Bitcoin, de multiples scandales ont éclaté sur l’utilisation qui était faite de cette monnaie cryptographique. Et l’algorithme qui lui était associé – la blockchain – a fait malgré lui les frais de cette mauvaise presse. Un comble quand on sait que ce qui lui était reproché à l’époque est ce qui rend la blockchain si attrayante aujourd’hui : l’échange d’informations est sécurisé, anonyme et libre de tout organe central de contrôle.

Une base de données sans maillon central

Contrairement aux autres outils transactionnels, les données de la blockchain ne sont pas stockées de manière centralisée sur un, ou plusieurs, serveur(s) informatique(s). Elles le sont sur une multitude de postes utilisateurs du réseau. C’est ce découpage des données en blocs qui garantit l’inviolabilité du système de la blockchain. Pour qu’un ajout dans la base puisse avoir lieu, une majorité d’utilisateurs doit en valider l’origine et l’authenticité. Car on ne modifie pas de transactions dans la blockchain : on les ajoute à la chaîne. L’historique des transactions précédentes reste en mémoire et peut être consulté à tout moment.

Des entreprises en lien avec cette technologie

Comme nous venons de le voir, le principe même de fonctionnement de la blockchain la rend à la fois infalsifiable et transparente (son registre reste public). C’est d’ailleurs la raison pour laquelle les assureurs commencent à s’y intéresser. La blockchain pourrait notamment les aider à lutter plus efficacement contre les tentatives de fraudes à l’assurance, mais aussi à la création de produits innovants. La blockchain et son système de confiance automatisée ouvrent la voie à de nouveaux usages, qui restent à découvrir ou à créer par les entreprises.



Laisser un commentaire